Bonjour à tous !

J’espère que vous allez bien depuis le temps. Quand je vois que mon dernier article sur ce blog remonte à septembre 2014 (sur Katawa Shoujo), je ne peux pas m’empêcher de ressentir une vague de nostalgie. Quatre ans à entretenir régulièrement un blog (même si 2014 a été très loin d’une année fructueuse), puis plus rien, plus de nouvelles sur Twitter non plus, ça doit laisser perplexe.

Je vous dois quelques explications.

Avec le temps, je dois avouer que ma passion pour les VNs s’était amoindrie. Je n’éprouvais plus le même enthousiasme, la même ferveur qu’à mes débuts. Même s’il m’arrivait de reprendre la lecture d’un VN pour essayer de ressusciter la flamme, je finissais toujours pas abandonner et passer à autre chose. Et vu que je me sentais forcé d’écrire un article sur tous les VNs que je lisais, ce qui constituait un effort supplémentaire (eh oui, ces textes ne se pondent pas tout seul et ça demande beaucoup de temps et de recherches), j’étais encore moins motivé.

Ajouté à cela, la préparation pour les concours n’a pas épargné mon temps libre. Je n’étais pas psychologiquement disposé à continuer mes articles, en sachant que ce temps que j’investissais sur mon blog pouvait être utilisé pour augmenter mes chances de réussite. Cependant, après plusieurs tentatives, mes efforts ont fini par payer et j’ai pu tomber sur un poste que j’apprécie. Ainsi, je n’ai plus besoin de réviser en permanence, et j’ai à présent du temps libre sans sentiment de culpabilité.

Mais avec le boulot, un sentiment de vide s’est emparé de moi : je fais quoi de mon temps libre, maintenant que je n’ai plus besoin de passer de concours ? Je rentrais du taf pour m’installer devant mon ordinateur, sans savoir quoi faire, penaud. J’ai mis des années à achever un but et quand ce but a été atteint, je me suis senti déboussolé.

Puis je me suis rappelé que j’avais des VNs à lire, dont Da Capo 3. La musique de l’écran-titre, cette douce mélodie qui n’a pas changé depuis le début de l’aventure, a ravivé quelque chose en moi. C’est amusant parce que Da Capo a été mon tout premier VN, mais est également celui qui m’a remis les pieds à l’étrier. Je me souviens avec émerveillement des heures passées à lire, à écrire, à ressentir un tourbillon d’émotions (Little Busters!… *soupire*), lorsque je rentrais de la faculté. Les VNs ont accompagné les périodes les plus marquantes de ma vie.

Je voulais à nouveau ressentir ça. Je veux à nouveau ressentir ça.

J’ai un article qui est en préparation, bien que ce ne soit pas une critique de VN. Toutefois, je suis certain que ma première critique portera sur Da Capo 3.

Que dire d’autres ?

Eh bien…

*met des lunettes de soleil*

Il est grand temps de dépoussiérer les lieux.